Un matin de bonne heure, alors qu’il faisait doux,

Un vieux bonhomme de neige vint frapper à ma porte...

« Je viens me réfugier, me dit-il, apeuré,

le printemps pointe son nez, je vais fondre d’emblée ! »

bonhomme porte2

Je lui ouvris mon frigo mais, le priant d’entrer il me dit :

« Mais Madame ! Y’a de quoi étouffer là-dedans!

Un frigo si petit dans onze mètres carrés, ne peut pas accueillir un bonhomme si âgé ! »

bonhomme frigo2

Comme je n’avais rien d’autre, il me tourna le dos, et sans la moindre gêne, fit le tour du pallier.

J’entrouvris ma porte, quelques minutes après, afin de bien entendre ce qui allait se dire…

J’entendis ma voisine, celle d’à côté.

Sans le moindre scrupule, elle me le piquait,

semblant même enchantée de pouvoir l’accueillir.

Sous mon nez, elle adoptait ce petit être, qui venait pour la combler.

bonhomme heureux2

Tout de même un peu gonflé.

Elle a plus grand, peut-être, mais c’est d’abord chez moi qu’il est venu frapper !

Comment se permet-elle ?

La colère s’estompant, je chassai la rancœur et la peine dans l’âme, j’allai pour me coucher,

laissant ces quelques larmes tomber à mes côtés.

Je venais de passer, pour onze mètres carrés, certainement à côté, d’une belle amitié…

 

Estelle Queguiner.